[logiciel creation site] [creation site web] [creation site internet] [Train des Pignes à vapeur]
[Train des Pignes à vapeur]
[Train des Pignes à vapeur]
[Train des Pignes à vapeur]
[Train des Pignes à vapeur]
[Train des Pignes à vapeur]
[Train des Pignes à vapeur]
[Train des Pignes à vapeur]
[Train des Pignes à vapeur]
[Train des Pignes à vapeur]
[Train des Pignes à vapeur]
[Train des Pignes à vapeur]
[Train des Pignes à vapeur]
[Train des Pignes à vapeur]
[Train des Pignes à vapeur]
[Train des Pignes à vapeur]
[]
[Train des Pignes à vapeur]

GECP

  Les matériels préservés.

 LA VOITURE SUD FRANCE B 505

            Ce véhicule fait partie d’une commande de huit voitures de 2ème classe à bogies, passée en 1891 par la Compagnie des Chemins de fer du Sud de la France (SF) à l’occasion de l’ouverture des lignes de Nice à Puget-Théniers et de Colomars à Grasse. Elles sont construites et livrées en 1892 par l’usine Desouches & David à Pantin, alors en Seine & Oise.

            Lors de la Première Guerre Mondiale, elle va quitter son réseau d’origine pour être mise à la disposition de lignes travaillant pour le compte de la défense nationale. Elle est d'abord expédiée le 13 juin 1915 aux Chemins de fer de la Camargue, pour assurer le transport des ouvriers de la poudrerie de Salin-de Giraud, exploitée par la Compagnie des produits chimiques d’Alais et Camargue (anciennement Péchiney).

            En mars 1916, elle quitte la Camargue pour rejoindre la zone du front de Verdun, mise à disposition de la 10ème Section des Chemins de fer de Campagne qui assure les transports militaires sur le réseau à voie métrique du « Meusien ». Démobilisée à la fin des hostilités, elle est restituée à la compagnie du Sud-France le 12 avril 1919, mais elle nécessite de telles réparations qu’elle ne pourra être remise en service que deux ans plus tard, le 2 avril 1921.

            Après la disparition de la traction vapeur au lendemain de la seconde guerre mondiale, la voiture B 505 échappe à la démolition, car elle va être réaménagée comme véhicule de service pour les équipes itinérantes d’entretien de la voie et des bâtiments. A cette occasion, elle perd ses aménagements d’origine et devient une voiture atelier, avec établi, casiers à outillages, emplacement à bouteilles pour chalumeau, porte latérale coulissante pour la manutention d’agrès encombrants. Elle assurera cette fonction durant une dizaine d’années, avant d’être désaffectée dans la deuxième moitié des années 60.

            Dès la création du train touristique, la B 505 est mise à disposition du GECP le 20 juin 1979, en vue de sa restauration. Mais la caisse en bois est trop détériorée pour pouvoir être simplement réparée. Après relevé de toutes les cotes nécessaires, elle est donc démolie pendant l’été 1982, et sa reconstruction intégrale est entreprise sous la direction d’un menuisier professionnel, membre de l’association. Ce chantier de longue haleine s’achèvera sept ans plus tard, en 1990, par la remise en service de cette voiture avec une caisse neuve, reconstruite d'après le dessin d’origine.

 

Immatriculation

B 505

Type

Voiture 2éme classe

Disposition d' essieux

à bogies

Constructeur

Desouches & David

Date de construction

1892

Longueur totale

12,300 m

Hauteur totale

3,250 m

Tare

10,500 t

Capacité

52 places

  

Le TRAIN des PIGNES à vapeur

Restauré et exploité par le Groupe d’Etude pour les Chemins de fer de Provence

  

Je m'efface si une action est possible !!!.